Jeux Vidéos·Non classé

L.A. Noire

Salut à tous ! 

Aujourd’hui je vous retrouve pour le jeu vidéo L.A. Noire développé par Rockstar Games ( GTA ) en 2011.

On y va ?

Une nouvelle équipe Rockstar Game a mis du temps à développer ce jeu. Il s’agit d’un jeu d’aventure qui ravira certains fans de GTA. Il est surtout centré autour de plusieurs enquêtes qui vont se succéder.

LANphelpsBadge-1-.jpg

Après la Seconde Guerre Mondiale, Cole Phelps, ancien soldat, décide de continuer à servir son pays en devenant enquêteur. Il a une certaine capacité pour analyser les situations, faire des recherche et déceler des indices. Il est discret et souvent suspicieux vis-à-vis de ses suspects. On va très vite découvrir que Phelps émane une certaine tristesse et cache quelque chose d’enfoui. Au stade où j’en suis, on ne découvre que des souvenirs de ses années d’armées sans réellement savoir ce qui s’est passé. Au début, Phelps ne travaille qu’à la circulation. On découvrira ensuite que le Los Angeles des années 40 n’est pas tendre. Drogue, alcool, corruption, il y a de quoi mener l’enquête un peu partout en ville mais également au niveau supérieur où les politiques sont souvent protégés et des innocents mis en prison. Au fur et à mesure du jeu, Phelps monte en galons et se voit attribuer des postes à responsabilité. Il finira par s’occuper d’affaires dont la presse fait les gros titres.

la-noire5.jpg

L.A. Noire met en avant les films noirs dans sa façon de présenter les enquêtes : noir et blanc avec une musique angoissante des années 40, un gros titre en travers de l’écran et une voix off qui explique un peu le début de l’enquête ou qui du moins, en laisse présager une. Le crime, l’infidélité, la trahison et la conspiration seront au coeur de chaque enquête. Vingt-et-une affaires sont à régler et vous allez y passer du temps. Tout est fait pour que vous soyez en immersion totale dans le L.A. des années 40 jusqu’en dans l’architecture. Je dois avouer que j’ai eu un gros coup de coeur pour la bande-son. On peut l’entendre sur une seule radio, ce qui est un peu dommage pour la diversité. Les fans de GTA n’y trouveront peut-être pas tous leur bonheur. Le graphisme n’est pas aussi net que dans un GTA mais l’ambiance est là et il est difficile d’en sortir tellement on est happés. Le point faible du jeu est dans l’exploration de la map. Elle est immense mais il n’y a rien à y faire ou voir. Il n’y a pas de quêtes annexes ou d’événements comme on a pu en avoir l’habitude dans les derniers GTA. Le but du jeu est d’aller droit au but et d’enchaîner les enquêtes. Pourtant, j’ai voulu explorer la map parfois car on peut y trouver des voitures cachées ( il y en a une centaine quasiment à trouver dans le jeu ) qui sont historiquement intéressantes. Au cours de vos balades en voiture, vous pourrez croiser des monuments historiques de Los Angeles et une petite biographie vous racontant son édification. Malheureusement, on ne peut les explorer.

Une des chansons qu’on peut entendre sur la radio.

Les enquêtes ont toutes la même méthode d’approche et cela peut être un peu redondant à force d’y jouer. Tout commence par une cinématique où on voit le crime commis, votre supérieur vous fait un récap’ et vous envoie là-bas avec votre coéquipier. Une fois sur place, vous avez le cadavre, le médecin légiste et des flics pour éloigner la foule. A partir de là, vous devez fouiller le corps et voir les blessures puis chercher des indices aux alentours. Souvent, vous avez un témoin pour pouvoir l’interroger. Attention à vos questions qui vous donneront des réponses différentes selon la façon dont vous allez parler avec le témoin. Le médecin légiste vous donne des informations importantes sur le crime commis : le nom de la victime, l’heure du crime et la cause ( probable ) du crime. La recherche d’indices est la plus périlleuse car il ne faut pas en oublier un seul. J’avoue en avoir oublié parfois alors que je fouillais partout. C’est parfois caché de façon très subtile. En intérieur, c’est plus facile car en extérieur, il faut explorer dans un rayon de 10 m au moins.

l-a-noire-wallpaper-pack-14

Pour vous aider dans les indices, une petite note de musique se fait entendre lorsque vous approchez d’un indice. Cependant il peut être sans importance comme un paquet de cigarettes ou une bouteille de bière. A force de jouer, on n’examine plus les bouteilles et c’est parfois une erreur. 😉 La recherche n’en reste pas moins simple car avec un peu de déduction et en fonction de l’enquête, on sait quels indices rechercher. L.A. Noire est un jeu vraiment accessible pour cela et plutôt grand public. Il est possible d’enlever la petite note de musique pour corser le jeu. Plus vous avancerez dans les enquêtes, plus les zones de recherches sont grandes et j’avoue que j’ai du revenir parfois sur le lieu du crime car j’avais oublié un indice. Certaines énigmes sont proposées durant certaines enquêtes mais trop faciles à résoudre. Vous n’êtes pas vraiment assistés sur le jeu mais il est facile, comme dit plus haut. Phelps récupère des points d’intuition au fil du jeu pour pouvoir enlever certaines mauvaises pistes. Sinon, vous pouvez interrogez de vrais joueurs de L.A. Noire en ligne mais je n’en vois pas l’intérêt… A moins d’être réellement coincé, ce qui n’est jamais le cas.

free-la-noire-complete-edition-hd-desktop-wallpaper.jpg

Dans le genre aventure, la nouveauté proposé par L.A. Noire est l’interrogation des suspects. Et là, Rockstar Games a fait fort. Il faut regarder attentivement le visage de la personne interrogée pour déceler un indice de mensonge. En fonction des bonnes questions posées, la personne sera conciliante ou se fermera comme une huître. A vous de jouer avec des pincettes et c’est là que toute la difficulté du jeu réside. Rockstar Games a utilisé le Motion Scan, ce qui permet de prendre des visages d’acteurs connus ( Aaron Staton, Keith Szarabajka, Gil Mckinney, John Noble, Greg Grunberg ) et de les modéliser. Ils sont plus vrais que nature et la notion de vérité/mensonge est floutée par ce système. On fini vite par se tromper. L’effet est génial et on se prend au jeu. On fini par ne plus vouloir de personnages avec des visages où on devine tout. Il est possible de rejouer en dehors du jeu les enquêtes pour savoir qui a menti ou non. Il ne faut pas commettre d’erreurs pour mettre en prison le coupable au plus vite. Le jeu vous remettra de lui-même sur le droit chemin et c’est un peu dommage.

free-la-noire-complete-edition-hd-desktop-wallpaper (1).jpg

Il y a des courses poursuites mais là encore, elles sont déclenchées et dirigées sans réelle surprise. Le chemin est tout tracé et l’issue de ces courses est tout le temps la même : vous finissez par attraper le suspect. Impossible de lui tirer dans le genou pour l’arrêter plus vite. Les courses-poursuites en voiture sont dans le même genre même si parfois, la voiture fini par fuir réellement mais vous avez perdu. En même temps, ils avaient que des paquebots à conduire dans les années 40. Les scènes de combats sont de deux types : celles qui sont là comme ça et celles pour terminer une enquête. Le contexte et la mise en scène d’une fusillade pour finir une enquête est assez oppressante et sympathique à jouer. Pourtant, vous pouvez passer ces actions au bout de trois échecs. Dommage…

En résumé, un très bon jeu d’enquêtes dans l’immersion du Los Angeles des années 40 mais ne vous attendez à flipper sur chaque enquête. Prenez le temps pour les interrogatoires et indices, ensuite, tout devrait se dérouler assez bien !

6 commentaires sur “L.A. Noire

  1. J’avais beaucoup aimé ce jeu. Pourtant je ne suis pas fan des GTA et autres jeux du genre mais j’adore les enquêtes et chercher les détails permettant d’arriver à la bonne conclusion alors j’étais clairement servi avec ce jeu. En revanche, je n’ai jamais réussi quoi que ce soit dans les phases interrogatoires, je ne comprenais pas ce qu’il fallait y trouver, résultat à chaque fois j’allais chercher une solution (bouh :p ) mais bon les enquêtes étaient tellement prenantes, ça évacue toute frustration.
    Cela dit, j’avais un autre reproche sur le jeu, ce sont les enquêtes rajoutées par les DLC (qui sont présentes de base sur la version PC et donc que je n’ai pas pu esquiver). Ce sont des enquêtes à part qui ne font pas avancer l’intrigue générale du jeu et donc j’ai trouvé qu’elles cassaient le rythme.

    Et puis surtout, l’ambiance des années 40 est magnifiquement retranscrite, avec en plus des acteurs immenses de talent (John Noble est toujours aussi brillant). Je partage donc ton avis quant à ce jeu vraiment très bon. 🙂

    Aimé par 1 personne

      1. Ce n’était pas inintéressant, c’est juste que ça freinait l’élan. Quand on sort d’une enquête qui faisait avancer l’intrigue de Phelps et de son passé, on a envie d’en savoir plus et continuer sur cette piste. Mais quand ensuite on arrive sur une enquête qui ne fera pas avancer cette intrigue c’est un peu frustrant.
        J’aurais préféré jouer ces enquêtes en plus à côté du jeu, une fois que j’aurais eu terminé l’histoire principale.

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s